samedi 11 mai 2019

Bataille de Koursk


 
Le commandement allemand est conscient, après l'échec de la bataille de Moscou et le désastre de Stalingrad, qu'une victoire militaire globale sur l'Union soviétique est désormais impossible compte tenu de l'ampleur des pertes du Troisième Reich sur le front soviétique depuis juin 1941. L'effet de surprise de l'invasion de juin 1941 a disparu. L'industrie de guerre soviétique ne cesse de monter en puissance. Les allemands ont réussi a stabiliser le front sur une ligne appelée Panther-Wotan qui s'étire sur les 1400 km de la rive occidentale du Dniepr. Ils espèrent gagner du temps pour obtenir une paix séparée avec les alliés. Mais cette hypothèse ne se réalisera pas.

La bataille de Koursk se déroulera du 5 juillet au 23 août 1943 entre les forces allemandes et les forces soviétiques sur un immense saillant de 23 000 km2 situé au sud-ouest de la Russie, à la limite de l'Ukraine, entre Orel au nord et Belgorod au sud.

La préparation de « Citadelle »

L’état major allemand envisage d’enfoncer les lignes soviétiques en prenant en tenaille par le nord et le sud, le saillant de Koursk et d'établir une nouvelle ligne sur le Don. Le nom de code de cette opération coté Allemand est « Citadelle » .

Il y a beaucoup de tergiversations du coté Allemand sur la façon de mener cette offensive. Les plans sont finalement arrêtés au mois de mars. La 9e armée de Walther Model attaquerait au nord depuis Orel, pendant que la 4e armée panzer de Hoth et le détachement de Kempf sous le commandement global de Manstein attaqueraient du sud depuis Kharkov, traversant le front de Voronej afin d'opérer une jonction avec la 9e armée à hauteur de Koursk. Cependant, si l'offensive se déroulait bien, les deux armées étaient autorisées à continuer en suivant leur propre initiative, avec pour objectif général de créer une nouvelle ligne sur le Don, loin vers l'est.

Les soviétiques de leur coté avaient anticipé cette attaque et considérablement renforcé les défenses statiques échelonnées dans la profondeur grâce aux  opérations de renseignement. Après avoir également tergiversé, ils préfèrent attendre que les Allemands s'épuisent dans leur attaque pour bénéficier ensuite d'une nette supériorité quand ils passeraient à l'offensive générale. Le lieu d'attaque n'est pas un mystère pour les Soviétiques, Joukov ayant prédit dès le mois d'avril une attaque sur le saillant. Les rapports de renseignement du « réseau Lucy » opérant en Suisse, et d'autres sources comme les décryptages réalisés par les Britanniques et les Américains des codes Enigma, confortent cette intuition.

L'opération Citadelle oppose aux soviétiques trois armées allemandes regroupant 900 000 hommes soit 50 divisions dont 19 blindées et motorisées (plus 20 divisions de réserve), 10 000 canons et mortiers, plus de 2 000 avions et 2 700 chars soit la moitié de ses blindés disponibles.

Les soviétiques disposent de deux armées blindées, épaulées de 4 corps blindés comptant 3 300 chars et d’une armée d’infanterie regroupant 1,337 million d’hommes, 19 300 canons et mortiers. Soit au total 2 millions de combattants soviétiques sur un front long de 270 km.

L'attaque allemande

D'abord prévu pour le 1er mai, l'assaut fut retardé jusqu'au 12 juin, puis finalement au 4 juillet afin de disposer de nouvelles armes, en particulier des nouveaux chars Tigre et Panther.

Le groupe armée sud commandé par Van Manstein est menée sur deux axes. L'un vise la petite ville d'Oboïan. Le second suit un parcours vers le nord est le long de la rivière Donets.
Au soir du 5 juillet, le 48e Panzerkorps a réussi à percer la première ligne de défense soviétique, mais son avance est inférieure aux prévisions avec six kilomètres au maximum. Elle n'est qu'à mi-chemin de la seconde ligne et incapable de préparer une attaque à l'aube du 6 juillet. Les soviétiques reculeront en bon ordre au fur et a mesure que leurs lignes de défense seront submergées.

L'offensive méridionale, dirigée par Erich von Manstein, parvient à se frayer avec succès un chemin de 25 km à travers les lignes défensives soviétiques. Un engagement de chars se déroule les 12 /13 juillet entre les Allemands et les réserves de la 5e armée blindée de la garde soviétique. dans la plaine située près du nœud ferroviaire de Prokhorovka sur un territoire de vingt kilomètres carrés. Il s'agit de l'affrontement de 1 500 chars dont une centaine de chars VI Tiger (char de 56 t doté d'un redoutable canon de 88 mm et d'un blindage frontal de 10 cm) contre les chars T34 . Ce sera la plus grande bataille de chars de l'Histoire. Le combat est un affrontement entre les meilleures formations mécanisées de la Wehrmacht et une infanterie soviétique bien retranchée. Les forces blindées soviétiques engagées à Prokhorovka eurent plus de 50 % de pertes. La Wehrmacht perd 10 000 hommes et plus de 400 blindés.

Au nord, la 9e armée, commandée par Model, est redéployée depuis le saillant de Rjev jusqu'au saillant d'Orel, et son objectif est d'avancer de Maloarkhangelsk jusqu'à Koursk. Elle ne progresse que de 8 kilomètres avant d'être contrainte à la défensive, d'autant que les Soviétiques commencent à développer leur propre attaque en direction d'Orel.

Hitler décide d'arrêter l'opération Citadelle le 13 juillet, passant dès lors à la défensive sur le front de l'Est en constatant que l'armée allemande n'a pas réussi son projet d'encerclement.

La contre attaque soviétique

L'invasion de la Sicile par les Anglo-Américains le 10 juillet 1943 attise les craintes d'une attaque sur les Balkans et l'Italie devient un secteur menacé. Ainsi, au vu des énormes quantités de matériel engagées dans la bataille de Koursk, les forces allemandes se retirent pour garnir les autres fronts. Hitler ordonnant le retrait de certaines unités pour les déployer en Italie ; les autres forces engagées se replient sur leur ligne de départ. La Wehrmacht est, désormais, sur la défensive sur l'ensemble du front de l'Est face aux contre-offensives soviétiques.

Le 3 août, l'armée rouge déclenche l'opération Polkovodets Roumiantsev en direction de Belgorod puis de Kharkov. Belgorod et Orel tombent le 5 août 1943. Les faubourgs de Kharkov sont atteints le 11 août. La bataille pour la ville est acharnée et dure douze jours. Cette victoire soviétique, bien que coûteuse, oblige les Allemands à replier leur défense derrière le Dniepr dès le 20 août. Ce repli débouchera au cours de l'automne sur la terrible et sanglante bataille du Dniepr, puis la libération de Kiev le 5 novembre.

Le groupe de chasse Normandie Niemen

Le groupe de chasse Normandie, futur régiment Normandie-Niemen, constitué d'aviateurs français combattant aux côtés des Soviétiques, arborant l'étoile rouge, mais les couleurs françaises sur le capot moteur, est engagé du 12 au 28 juillet 43. Dix-sept victoires aériennes seront homologuées, payées d'un prix lourd : onze pilotes tombent, dont le commandant Tulasne, disparu le 17 juillet 1943 dans la région d'Orel.

Le 17 juillet 1943, une première sortie s'effectue à 5 h 10. Tulasne mène dix Yak, des avions de chasse soviétiques, en protection de Pe-2 qui vont bombarder la gare de Biela-Berega. Tulasne attaque un Messerschmitt Bf 110 sans résultat. Le commandant sort une nouvelle fois à 17 h 10 à la tête de neuf Yak pour escorter des Sturmovik dans le secteur de Znamenskaïa. Les Fw 190 allemands sont là aussi, nombreux. Un combat général s'engage. Le lieutenant Didier Béguin est blessé à la jambe, l'aspirant Firmin Vermeil est abattu et Tulasne disparaît à jamais de la vue de Pierre Pouyade. Au cours de la campagne sur le front, le commandant Tulasne a effectué 89 heures 35 de vol dont 65 heures 55 de guerre en 53 missions. »

Yves Donjon, site du Musée Normandie-Nièmen, Yves Donjon, 2002 [archive]



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de nous laisser votre commentaire, il sera publié aprés modération